Randonnée en Laponie: une aventure en solo à travers les contrées sauvages de la Laponie

Posted on 04/12/2018

hiking in lapland.jpg

Tom Young nous raconte son périple en solo à travers les terres sauvages de la Laponie.

Nous avons récemment rencontré Tom Young, un anglais du Bedshire. Il y a quelques mois, cet aventurier de 29 ans est revenu d'une incroyable randonnée de 1 300 km à travers la Laponie, dans la région du cercle polaire arctique d'Europe continentale. Voici son histoire.

Vous êtes revenu récemment d'une grande expédition. Pouvez-vous nous raconter votre voyage dans les grandes lignes ? Jusqu'où avez-vous été? Quel était votre but?

L'idée de ce voyage était plutôt simple: mon but était de traverser la Laponie en solitaire, à travers les territoires les plus sauvages et indomptés d'Europe. À part un détour particulier, j'ai fait 1 300 km de marche à travers la Laponie, la région du cercle polaire arctique d'Europe continentale.

Pourquoi avez-vous décidé de faire ce voyage?

Pour moi ce voyage représentait l'occasion de repousser mes limites et faire l'expérience de la nature à l'état sauvage à un degré qui n'existe plus depuis longtemps au Royaume-Uni, où la plupart de ces paysages sauvages ont été détruits. J'espérais que ce voyage allait éveiller les consciences sur le projet de retour à la nature sauvage au Royaume-Uni, un mouvement qui donne l'opportunité à la terre de guérir et de retrouver ses fonctions d'écoystème naturel. En Laponie on trouve de nombreuses plantes et animaux sauvages qui ont été éradiqués du Royaume-Uni, dont les ours, les loups, les lynxs, les élans, les castors, les sangliers et d'inombrables espèces d'oiseaux.

Avez-vous voyagé tout seul? Combien de kilomètres faisiez-vous en moyenne par jour?

J'ai marché seul sur une étendue de 1 300 km, en portant tout ce dont j'avais besoin sur mon dos et j'ai campé en pleine nature pendant 66 jours. J'ai donc parcouru en moyenne 19 km par jour à travers le climat glacial des chaînes de montagnes enneigées, les forêts denses et la toundra arctique.

hiking lapland 1.JPG

Un voyage comme celui-ci doit demander une grande logistique. Comment faisiez-vous pour vous réapprovisionner en équipement et en nourriture durant votre périple?

Je devais transporter tout ce dont j'avais besoin: à manger, de l'eau, mon équipement photo et une trousse de premier secours. Cela signifie que mon sac à dos pesait entre 26 et 30 kg, en fonction de la nourriture et de l'eau consommées. Je sélectionnais les endroits pour camper en fonction des sources d'eau existantes et toutes les deux semaines mon itinéraire passait par une route ou une petite ville dans laquelle je pouvais me réapprovisionner et éventuellement me reposer si j'en avais besoin.

Pouvez-vous nous indiquer vos 3 endroits préférés sur les 1 600 km parcourus?

Durant mon parcours j'ai traversé des paysages d'une beauté époustouflante, mais mon préféré a été sans nul doute le parc national de Reisa en Norvège, une immense vallée escarpée avec de multiples et gigantesques cascades qui alimentent la rivière en contrebas et qui sont entourées de forêts mixtes de sapins et de bouleaux. J'y trouvais des framboises et des myrtilles sauvages partout en abondance, et celles-ci constituaient un apport indispensable en aliments frais pour le petit déjeuner. Le parc national de Sarek en Suède est également un endroit magnifique. J'ai été emmerveillé par l'envergure de ses rivières sauvages, ses monts enneigés et ses forêts, mais encore plus par le fait que sur ce territoire vivent des ours, des lynxs, des élans ainsi que des loups, et que je pouvais les croiser.

J'ai également été impressionné par Knivskjellodden, mon point de départ, ou saillaient des récifs rocheux arides au point le plus septentrional de l'Europe continentale.

hiking lapland2.jpg

Qu'est ce qui a été le plus surprenant au cours de votre voyage?

Parfois, les personnes que j'ai rencontré faisaient preuve d'une immense bonté, ce à quoi je ne m'attendais pas. Cela n'est pas arrivé souvent, mais lorsque je rencontrais des étrangers sur des territoires sauvages, nos échanges devenaient très rapidement amicaux, et ils me proposaient souvent leur aide. Ce pouvait être pour m'offrir du chocolat, me faire un café alors que j'en avais bien besoin ou préparer un repas en mon honneur. C'était parfois presque trop, mais en même temps c'était une vrai source d'inspiration.

hiking lapland3.jpg

Quelle a été le moment le plus difficile de votre voyage?

Les deux premières semaines ont été extrêmement difficiles, physiquement et mentalement. C'était épuisant de savoir qu'il y avait encore tant de chemin à parcourir, et je n'était pas habitué à porter une charge si lourde sur le dos pendant autant de temps. 24 heures d'ensoleillement et une chaleur caniculaire allant jusqu'à 35°C rendaient les efforts encore plus intenses et le point de départ de l'expédition a constitué un véritable défi.

Comment utilisiez-vous ViewRanger? Quelle est votre fonctionnalité ViewRanger préférée?

Pouvoir utiliser des cartes hors ligne était révolutionnaire pour moi. Je gardais mon téléphone en mode avion pour conserver la batterie. Parfois elle durait une semaine après une pleine charge sur mes panneaux solaires, et pourtant je pouvais consulter régulièrement ma carte, tracer mes routes pour la journée et trouver les meilleurs endroits pour camper. Et lorsqu'une brume épaisse s'installait sur un paysage de toundra aride et monotone, je pouvais localiser ma position exacte et ma boussole me permettait de naviguer en sécurité dans un endroit reculé. Avant de partir, je pouvais aussi préparer les positions des villes dans lesquelles je pourrais me réapprovisionner - ce qui était très utile.

À présent vous êtes rentré chez vous? Et vous préparez un film sur l'expédition?

Maintenant que je suis rentré, je prépare des interventions dans les écoles pour parler de la vie à l'état sauvage et de mon aventure. En parallèle je travaille sur un court documentaire qui retrace l'expédition, qui sera prêt pour le Nouvel An.

Où pouvons-nous trouver des informations supplémentaires?

Si vous souhaitez voir des photos et des vidéos du voyage, et suivre les nouvelles mises à jour, rendez-vous sur www.tomyoungwildlife.com

Ou recherchez Tom Young Wildlife sur Facebook & @tom_willy_young sur Instagram.

Le profil ViewRanger de Tom: my.viewranger.com/user/details/1325802

 


Previous Post

Next Post